La nouvelle arnaque au téléphone inquiète les autorités

Alors que la question du maintien de l’annuaire inversé, 118816.fr par exemple, est sur la table des négociations européennes depuis quelques mois déjà — suite à un avis de l’auditeur de la Cour européenne de Justice déposé fin 2016 —, le service pourrait bel et bien être nécessaire après la découverte d’une nouvelle arnaque téléphonique qui sévit outre-Atlantique.

Un phénomène inquiétant

Depuis le mois de janvier 2017, le phénomène inquiète les autorités aux États-Unis. À tel point que de nombreuses mises en garde sont faites à l’égard des utilisateurs par les services de police. En cause, une nouvelle forme d’arnaque par téléphone qui semble frapper l’ensemble du territoire américain selon plusieurs associations de défense des consommateurs. Au regard de l’ampleur exponentielle de la situation, les médias se sont également penchés sur le sujet pour tenter de faire la part des choses et rationaliser la menace.

Une procédure inattendue

Vous recevez un appel sur votre appareil qui affiche un numéro inconnu (d’où l’intérêt de l’annuaire inversé). Vous décrochez, l’interlocuteur se présente rapidement et vous demande si vous l’entendez. Instinctivement vous répondez oui, le piège se referme.

Bien que le flou plane sur cette affaire, certains médias américains déclarent que les escrocs enregistrent votre réponse affirmative. Après quoi ils pourront, à partir de l’enregistrement, souscrire à des contrats en votre nom ou même effectuer des paiements par téléphone.

Plusieurs particuliers déclarent avoir reçu un appel de ce genre et les autorités craignent une propagation plus importante de la pratique, notamment en Angleterre. Pourtant, dans les faits la police et les médias ne rapportent, jusqu’à maintenant aucune fraude avérée, du moins qui a fait l’objet d’un dépôt de plainte. Véritable menace ou coup de Buzz ?

Consultez cet article pour plus d’informations sur l’affaire aux États-Unis.

Une menace pour la France ?

L’affaire peut paraître inquiétante, voire effrayante. Toutefois il convient de rationaliser les choses et de se baser sur des faits concrets. D’une part, bien que menacé actuellement, le service d’annuaire inversé est toujours actif en France et en Europe. Ainsi, il est nettement plus facile de tracer les communications pour retrouver l’identité des escrocs.
Deuxième point, outre le fait que l’annuaire inversé constitue un recours face au préjudice : l’arnaque n’a pas lieu d’exister sur notre territoire. En effet, au regard de la législation et des règles importantes qui régissent notre société, un simple « oui » enregistré vocalement ne constitue pas un élément suffisant pour effectuer un paiement par téléphone.

D’après les dires de l’association française du multimédia mobile (AFFM), aucune fraude de ce genre n’a été signalée sur le territoire. De plus, la modification d’un forfait téléphonique mise à part, toute démarche par téléphone ne peut être concrétisée qu’avec un simple « oui », dans chaque situation d’autres informations sont nécessaires.

Aucun risque alors que cette escroquerie voie le jour dans nos contrées, mais l’affaire soulève tout de même quelques questions quant à l’intérêt et l’utilité de maintenir le service de l’annuaire inversé.

Annuaire inversé : un service légitime et utile

Outre le climat anxiogène soulevé par les nombreux médias, associations et autorités qui ont relayé l’information en suivant la logique du « mieux vaut prévenir que guérir » alors même qu’aucun préjudice n’a été enregistré, l’affaire soulève une question intéressante quant au maintien du service des annuaires ad hoc, mis en place depuis 2014 et l’instauration de la loi Consommation.

Menacée par l’avis de la CJUE suite à une affaire de concurrence entre deux sociétés de renseignement, la solution permettrait d’éviter ce type de fraude, si elle s’avère réelle. Cliquez ici pour connaître les détails de l’affaire portée devant la CJUE.