Disneyland : comment se portent les finances de Mickey ?

Cela fait près de 25 ans que le célèbre parc d’attractions Disneyland Paris a ouvert ses portes en France. Plein de promesses, le site de Mickey a connu des hauts et des bas au cours de son existence, et affiche aujourd’hui une situation de deficit. Focus sur l’histoire et l’état financier de ce géant du divertissement.

Mickey

Un bilan mitigé

Le déficit du parc a atteint les 705 millions d’euros entre 2015 et 2016. Son chiffre d’affaires a diminué de 7%, à 1,27 milliards d’euros. Ce phénomène s’explique par une réduction notable de la fréquentation, qui n’a pas dépassé les 13,4 millions d’entrées au cours de l’année, soit 1,4 million de moins que la précédente (chiffres à découvrir sur ce site).

Un tel constat ne doit pas éclipser le fait que le nombre de visiteurs français est en hausse régulière. Ces derniers représentent aujourd’hui près de la moitié des entrées. Le site demeure par ailleurs la première destination touristique européenne. Toutefois, la perte des visiteurs internationaux est concrète, et tient entre autres à la menace terroriste qui pèse sur la France depuis plusieurs années. Les attentats de 2015 sont notamment à mettre en cause.

Quels étaient les objectifs de Mickey à son arrivée en Europe ?

Avant la construction du parc, la firme américaine était en concurrence avec divers groupes européens, notamment espagnols. C’est le gouvernement de Lionel Jospin, sous la présidence de Jacques Chirac, qui a concrétisé l’implantation du projet en Ile-de-France.

L’idée était double pour les deux parties. Pour Mickey, il s’agissait assez naturellement d’exporter son activité en Europe. Pour le gouvernement, un tel accord s’inscrivait dans une logique d’extension de l’agglomération de Marne-la-Vallée. Au moment de sa création, la ville ne comptait que trois mille habitants. De nos jours, ce chiffre s’est largement étendu, jusqu’à 25 000.

Space Mount

L’apparition d’un tel site a favorisé la création d’emplois dans la zone, et en a dynamisé l’activité. Avec Disneyland, Mickey a notamment permis l’érection du centre commercial Val d’Europe, l’un des plus vastes espaces de grande distribution à l’échelle européenne. D’autre part, l’agglomération est désormais desservie par le RER et le TGV.

Au total, plus de 50 000 emplois ont été créés, directement ou non, au cours des vingts années d’existence du parc. Mickey et ses amis ont notamment cumulé plus de 250 millions de visiteurs (cliquez ici pour en savoir plus). Dans cette mesure, un certain nombre d’objectifs ont été remplis, et tendent à gommer les mauvais chiffres du site.

Les solutions envisagées pour améliorer la fréquentation

Pour remédier au déficit quasi constant depuis sa création, le parc a choisi d’actualiser ses attractions et ses spectacles. Le succès exceptionnel de La Reine des Neiges a favorisé l’émergence d’une attraction en rapport avec le film d’animation, ainsi que de plusieurs représentations.

L’acquisition de Star Wars par Disney  et l’arrivée de sa mascotte bébé yoda devrait notamment permettre de redynamiser la fréquentation. Véritable boîte à fans, la création d’attractions sur le thème de la saga devraient attirer de nombreux amateurs du genre. Les stormtroopers ont déjà investi le site et côtoient les visiteurs au quotidien. De quoi favoriser une immersion unique en son genre.

Troopers

Disneyland a en outre prévu de rénover certaines attractions telles que Space Mountain, dont les travaux commencent début 2017. C’est que plusieurs manèges se trouvent dans un état déplorable : c’est le cas de Star Tours, qui présente entre autres de nombreux fauteuils troués…

Rééenchanter le parc serait donc la solution miracle envisagée par la firme américaine, qui en est aussi l’actionnaire majoritaire (plus d’informations en visitant ce lien). Reste à savoir si la magie va prendre et si les visiteurs seront au rendez-vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *