Les associations qui aident les plus démunis

Les augmentations d’impôts successives, la baisse du pouvoir d’achat ainsi que la baisse des aides de l’Etat font perdurer une situation sociale critique. La paupérisation des classes moyennes entraine une augmentation du nombre de pauvres qui tend à s’accroitre années après années. Heureusement, de nombreuses associations agissent en faveur des plus démunis pour les aider à combler les besoins de première nécessité tout autant que pour conserver leur dignité.

La pauvreté : la raison d’être des associations pour les plus démunis

Un individu (ou un ménage) est considéré comme pauvre lorsque son niveau de vie (revenus après impôts et prestations sociales) est inférieur au seuil de pauvreté. Il s’agit de la mesure de la pauvreté monétaire mais la pauvreté s’étend à d’autres domaines tels que l’habitat, l’habillement et la vie sociale.

Seuil de pauvreté

Une personne est pauvre quand son niveau de vie est inférieur à 50 % du niveau de vie médian.

En France, en 2013, un individu peut être considéré comme pauvre quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 814 euros.

Nombre de pauvres en France

Parmi les 4,7 millions de pauvres sous le seuil de 50 % du niveau de vie médian, 1,7 million sont des enfants et des adolescents, soit plus d’un tiers des pauvres.

Les plus de 60 ans représentent 12 % des plus pauvres.

Les femmes représentent 53 % des pauvres et sont 2,6 millions.

Les plus touchés sont ceux qui ont le moins de diplômes, en effet 43,6% des pauvres n’ont aucun diplôme.

Les personnes les plus touchées sont donc :

  • Les enfants
  • Les femmes seules ou avec enfant(s)
  • Les personnes âgées
  • Les étudiants

Les différentes associations pour les plus démunis

La France possède un formidable maillage associatif qui permet aux plus démunis de trouver de quoi manger, se vêtir, acheter des meubles ou encore trouver un logement d’urgence mais aussi de briser la solitude. Si l’hiver est une période redoutée, pour des milliers de personnes, ce sont les 365 jours de l’année que redoutent les plus démunis.

Les restos du cœur

C’est l’association fondée par Coluche en 1985, reconnue d’utilité publique rassemblant plus de 66 millions de bénévoles. Les restos du cœur fournissent des repas gratuits mais aussi une aide sur tous les aspects de la pauvreté (insertion et produits de premières nécessités) pour accompagner un retour à la vie normale. 130 millions de repas ont été distribués entre 2012 et 2013.

Le secours catholique

Fondé en 1946 par l’Eglise Catholique, c’est une association reconnue d’utilité publique qui gère 62 000 bénévoles. Elle a pour but d’apporter tout le soutien nécessaire aux nécessiteux sans distinction sociale, religieuse ou politique tout en respectant les valeurs de l’Evangile (solidarité, fraternité, paix, respect de la dignité humaine, etc.). Elle lutte contre les causes de l’exclusion et la pauvreté.

Le secours populaire français

Association fondée en 1945, elle combat l’exclusion et fait de sa priorité l’hébergement d’urgence. Il compte 80 000 bénévoles et collecteurs. Le SPF accompagne également les familles dans les démarches administratives et le respect de leur droit. Animée par la solidarité, elle aide les plus démunis à accéder aux soins, aux vêtements, au logement, aux loisirs.

Emmaüs

C’est un mouvement fondé par l’Abbé Pierre en 1950. Il développe une activité de chiffonnier dans une petite maison accompagné de bénévoles. Aujourd’hui, Emmaüs rassemble 62 000 bénévoles à travers le pays et s’articule autour de 4 valeurs clé : accueil, travail, interpellation, solidarité.

Les petits frères des pauvres

C’est une association de 1946 reconnue d’utilité publique aide en priorité les plus de 50 ans. Elle accompagne les personnes seules, malades et démunies à faire face au quotidien. Elle est régie par une charte qui définit 3 missions : il s’agit d’accompagner, agir collectivement, alerter les pouvoirs publics pour améliorer le quotidien de ceux qui en ont besoin et faire changer les choses.

Les associations qui aident les plus démunis permettent de sauver la dignité de millions de personnes en France. En parallèle, de nombreux systèmes d’aide sont mis en place comme les épiceries solidaires ou les couvents qui accueillent les personnes dans la misère en vue de les aider à se réinsérer. La solidarité ne saurait venir à bout de la pauvreté en France sans un changement sociétal profond par les pouvoirs publics.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *