Les churros : la petite spécialité espagnole qui fait fureur !

Spécialité traditionnelle espagnole, le churro est une pâtisserie qui se présente sous la forme d’un gros spaghetti ou d’un beignet allongé. Celui-ci peut s’apparenter à une pâtisserie française comme la merveille mais, est beaucoup plus répandue et inscrite dans la culture du pays.

Un délice au chocolat

Il s’agit donc de pâte à beignet d’abord frite puis sucrée . Le churro est traditionnellement consommé durant les mois froids et peut être vendu sur les foires, dans certaines chocolateries (bien qu’elles se fassent désormais rares) ou dans des churrerías.

En Espagne, la pâtisserie répond à de nombreuses appellations régionales (calentitos ou masa frita à Séville, tallos à Jaén et, tejeringos à Grenade), toutes supplantées par le terme de churro. Traditionnellement, le churro est accompagné d’un chocolat chaud épais et amer ; il est pris très tôt au petit déjeuner, ou parfois au goûter : on parle de chocolate con churros, tradition espagnole qui a cours depuis plus d’un siècle.

Il s’agit d’un plat typique de la gastronomie espagnole que l’on retrouve d’ailleurs dans bien d’autres pays comme le Mexique, l’Argentine, le Chili, l’Uruguay ou le Venezuela. C’est à Madrid, au début du XIXème siècle que le plat, accompagné de churros, ou de sa version plus grande la porra, se répandit rapidement, en raison de son bas coût. A l’époque, on l’appelait fruta de sartén, ce qui signifie « fruit du poêle » et c’est sûrement grâce aux foires itinérantes qui traversaient alors la capitale que le plat fut découvert des Madrilènes.

Churros : la petite spécialité espagnole qui fait fureur !

Une pâtisserie traditionnelle

Toutefois, si l’on sait à peu près quand le churro a vu le jour et s’est répandu, il est difficile de savoir quand l’association entre churro et chocolat est apparue, entre XIXème et XXème siècles. D’aucuns parlent des années 1920, bien que rien ne soit certain. Traditionnellement le chocolat est servi accompagné de six à huit churros (ou porras, selon la préférence du consommateur) que l’on trempe dans le chocolat avant de les saupoudrer ou non de sucre. Généralement le chocolat est servi chaud dans le nord de l’Espagne tandis qu’il est proposé froid au sud du pays.

Ce plat traditionnel est habituellement servi à Noël  pour accompagner le Gâteau des Rois (brioche parfumée à la fleur d’oranger et recouverte de fruits confits), dont on trempe également une part dans le chocolat. A la manière de l’Espagne de la fin du XVIIIème siècle, dans certains pays, le plat est également servi lors des veillées funèbres.

C’est notamment le cas à Cuba. En tous les cas, le churros est toujours associé à la convivialité et à un certain partage : pris au petit déjeuner il est l’occasion de discuter avec son voisin et de faire connaissance, pris comme goûter il est un prétexte pour se retrouver entre amis et papoter tranquillement, comme on le ferait autour d’un verre. La variante la plus populaire reste le café avec des churros, toujours servi dans ces lieux typiques que sont les churrerías.

Un petit plaisir qui s’exporte très bien

En France, on consomme également des churros, ces derniers répondant aussi aux appellations de chichis ou chouchous ; et l’on peut avec plaisir les retrouver sur les fêtes foraines. Contrairement à la version espagnole qui associe traditionnellement le churro au chocolat, ceux-ci peuvent être dégustés accompagnés de compote ou de confiture. Face à leur succès, certains marchés de Noël n’ont pas hésité à les interdire.

On dénombre d’autres variantes du churro en Argentine et au Pérou où celui-ci est fourré de confiture de lait. Quant au Mexique, le churro est là simplement saupoudré de cannelle et considéré comme un dessert. Cette version mexicaine du churro est d’ailleurs reprise aux Etats-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *