Junk food : Bad trip ?

Jusqu’à la seconde moitié du XXème siècle, le surpoids était considéré comme un signe de richesse, contrairement à la minceur, qui pouvait s’apparenter à de la pauvreté. Le rapport s’est désormais inversé, car les plus pauvres, s’ils ne meurent plus de faim, se nourrissent de fast food. Si le fast food est l’apanage des plus pauvres, d’autres profils de personnes sont adeptes du fast food, car le fast food fait partie intégrante d’une culture junk food.

Qu’est-ce que la junk food ?

junk food et fast food : quelle différence ?

Le fast food, traduit par « restauration rapide » désigne une nourriture préparée rapidement, peu chère et de mauvaise qualité. Le fast food est un concept américain exporté dans le monde entier. Le concept fast food, dont le pionnier est la célèbre enseigne Macdonald permet aux consommateurs de gagner du temps et de consacrer un petit budget à l’alimentation ou aux sorties.

Le junk food désigne une alimentation globale, voire un mode de vie. Les « junky food », en plus de consommer les produits vendus dans les fast food, achètent dans les supermarchés des produits peu sains et très industriels. Ainsi, ils intègrent chez eux, dans leur vie quotidienne cette malbouffe.

La cam du junky food

Que consomment les junky de la malbouffe ?

  • Le hamburger : emblématique du fast food, le hamburger est l’élément principal et récurrent des repas de junky food. Les géants du hamburger sont Mac Donald et Burger King.
  • Les frites : les frites proposées dans les fast food sont souvent grasses. Les frites constituent l’accompagnement de prédilection des hamburgers.
  • La pizza industrielle : Les pizzas industrielles se multiplient dans les supermarchés et dans certaines chaînes comme Pizza Hut avec son modèle Majesty Super Balls. La pâte et les sauces sont grasses et riches en sucre.
  • Les gâteaux : Tous les gâteaux ne sont pas ultra-caloriques, mais la plupart le sont alors que leur apport nutritionnel est faible. Des exemples : les gâteaux Oreo, Twix ou encore Mars.
  • Les sauces industrielles : Leur apport nutritionnel est souvent mauvais, tout comme l’aspect gustatif.
  • Les sodas : Les sodas sont des boissons chimiques très sucrées. De nombreuses personnes en sont addicts, à tel point qu’elles ne peuvent remplacer les sodas par de l’eau.
  • Le poulet KFC : les morceaux choisis dans le poulet et la friture sont très gras.

Les techniques marketing des dealers food sont relativement agressives, utilisant des couleurs vives et des caractères gras.

Est-ce que le fast food est forcément malbouffe ?

Fast food = last food ?

Les produits issus de la junk food, comme le nom l’indique, sont des produits malsains, c’est-à-dire que cette nourriture est mauvaise diététiquement. En effet, la malbouffe n’apporte pas les éléments nutritionnels essentiels au bon fonctionnement du corps et apporte à l’inverse trop de sucres et de graisses. Par conséquent, les carences ou les surplus en graisses et en sucre augmentent le risque de maladies cardiovasculaires, d’obésité et de diabète car le bilan nutritionnel est mauvais. Qui n’a pas vu le film documentaire américain Super Size me de Morgan Spurlock, qui se nourrit de produits Mac Donald pendant un mois.

Du fast food slow food : des dealers bienveillants ?

De plus en plus de fast food parviennent à concilier une préparation rapide et saine, comme les bars à soupe, à salade ou encore à pates. Certains restaurants même, revisitent le hamburger, c’est-à-dire qu’ils utilisent des produits bio, sains ou traçables, dans la confection de leur hamburger. Quant aux marques, si leurs produits ne sont pas encore des plus diététiques, elles affichent désormais d’avantage de transparence sur la traçabilité de leurs aliments et sur les apports nutritionnels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *