Comment faire ami-ami avec Google Panda ?

Depuis 2011, un nouveau prédateur rôde sur la toile. Pas de panique cependant, il ne s’agit pas d’un dangereux virus prêt à dévorer instantanément l’ensemble de votre disque dur mais d’un filtre, mis en place par Google, pour optimiser le référencement sur son moteur de recherche. Le nom de ce terrifiant programme ? Google Panda.

Qui est Google Panda ?

Après un lancement chaotique, ayant entraîné des chutes de visibilité parfois lourdes pour certains sites, il est temps de rétablir quelques vérités sur cet algorithme tant redouté. Google Panda (du nom de Navneet Panda, l’homme derrière cette mise à jour), à l’instar de la grosse boule de poil que l’on ne se lasse pas de contempler, vous veut du bien. Il n’a d’ailleurs qu’un seul objectif, mieux faire ressortir dans son moteur de recherche les sites proposant un contenu pertinent et de qualité.

Un pelage blanc qui s’accompagne cependant de quelques taches noires, à savoir la dévaluation des sites utilisant, pour figurer plus haut dans les classements de Google, des méthodes de référencement considérées comme abusives.

Quelles sont ces méthodes ?

  • La duplication de contenu, ou autrement dit la bonne vieille méthode du copier/coller, que ce soit d’un autre site ou entre les pages d’un même site
  • La sur-optimisation ou sur-utilisation des mots-clés, dans le corps du texte ou les méta-données
  • L’utilisation de liens ou de textes cachés
  • La sur-utilisation de liens internes et externes
  • L’abus de publicités
  • Un trop grand nombre de pages mortes ou inaccessibles (les fameuses pages 404)

Comment faire ami-ami avec Google Panda2

Une pénalité, pas une fatalité

Parce que les voies de Google ne sont pas -complètement- impénétrables, il est tout à fait possible de lever une pénalité Google Panda infligée à l’un de ses sites. Un seul maître-mot rentre alors en ligne de compte : la qualité.

Un principe clair et simple mais qui demande de mettre en application un certain nombre d’éléments concernant à la fois le contenu des pages que l’architecture interne du site :

  • Éviter les pages à faible contenu
  • Hiérarchiser du mieux possible les articles (balises h1, h2, h3, listes à puces etc.)
  • Supprimer les éléments de texte copiés d’autres pages (ou AU MINIMUM citer la source)
  • Utiliser des synonymes pour éviter la redondance des mots-clés (travailler un champ lexical riche)
  • Supprimer les liens vers des sites de piètre qualité ou pénalisés par Google Panda
  • Opter pour une meilleure indexation des pages (réécriture d’url, nettoyage des balises title et meta description en double, etc.)
  • L’information doit être trouvée en trois clics maximum
  • Penser « Web 2.0 » en autorisant les commentaires et le partages de vos articles

L’utilisateur d’abord : penser « expérience utilisateur » avant Google !

Depuis quelques années et l’intégration de plus en plus systématique d’ergonomes spécialisés au sein du processus de création d’un site web, le terme « expérience utilisateur » est sur toutes les lèvres. Et pour cause puisque l’UX (pour user experience), est un parfait indicateur de la qualité globale d’un site… qui plus est valorisé par Google Panda.

Depuis 2011, bénéficier d’un bon référencement passe donc avant tout par favoriser cette fameuse expérience. En clair, l’information doit être originale, bien structurée, enrichie de liens pertinents et être trouvée facilement et rapidement, pour ainsi bien figurer dans les moteurs de recherche. Google a d’ailleurs mis en ligne sur un de ses blogs une liste de questions, visant à guider du mieux possible tout concepteur de site web.

Des conseils que l’on ne saurait que trop vous inviter à suivre car gardez bien en tête que vous ne voulez pas vous mettre à dos le Panda.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *