Investir malin pour profiter d’une défiscalisation immobilière

Lorsqu’on parle de la défiscalisation immobilière, on a évidemment en tête la réduction d’impôt. En France métropolitaine, ce type de dispositif fiscal vous aidera à diminuer le montant de vos impôts tout en restant dans le cadre de la loi.

Ici, on évoque surtout la question d’achat d’un bien immobilier dans un but locatif. Pour investir dans ce secteur, vous avez donc la possibilité d’emprunter, ce qui vous permettra de profiter de la défiscalisation. Voici quelques idées pratiques qui vous encourageront à mieux utiliser vos capacités d’emprunts afin de payer moins d’impôts.

Défiscalisation immobilière : est-ce une bonne idée d’investir en loi Pinel ?

Voulez-vous acquérir une maison neuve ou en état futur d’achèvement tout en jouissant d’une réduction d’impôt ? Votre rêve peut parfaitement se réaliser, puisqu’il existe de nombreuses lois sur la défiscalisation immobilière que vous pouvez choisir selon vos besoins et la plus utilisée d’entre elles est la loi Pinel.

Mis en vigueur depuis le 1er septembre 2014, ce dispositif fiscal est défini comme la loi Duflot en mieux, car il vous permet de profiter d’une réduction d’impôt allant jusqu’à 63 000 €. Cet avantage s’obtient facilement surtout si votre investissement se situe dans une partie territoriale dite Pinel.

Cette dernière comprend principalement les zones A bis, A, B1, B2 ou C (depuis 2017). Il est important de savoir que le taux de cette défiscalisation immobilière varie en fonction de la durée d’engagement que vous décidez de prendre. Vous pouvez ainsi bénéficier d’un taux de 12 % pour 6 ans, 18 % pour 9 ans et 21 % pour 12 ans.

Exemple pratique

Si vous (et votre conjoint) désirez, par exemple, acheter un appartement neuf de 290 000 € à Marseille et que vous vous engagez à le louer pendant 12 ans, vous aurez la possibilité de prétendre à un taux réduit de 21 %. La défiscalisation s’élèvera donc à 60 900 €, soit une économie imposable de 5 075 € par an. Toutefois, le logement en défiscalisation doit suivre certaines conditions définies par la loi afin que vous puissiez jouir de tous ces atouts.

Conditions d’éligibilité pour une défiscalisation immobilière

D’abord, il faut que le logement soit neuf, vendu en état futur d’achèvement (VRFA) ou encore réhabilité (sous conditions). Vous devez également vous engager à louer votre bien immobilier nu ou non meublé et à usage de résidence principale pour la durée que vous avez sélectionnée. Ensuite, le logement doit être conforme aux normes thermiques et aux performances énergétiques préalablement mises en place.

Le bailleur doit aussi respecter les plafonds de loyers établis par la loi, et enfin, les ressources du locataire ne doivent pas excéder le plafond fixé par l’État, en fonction de la composition du foyer fiscal et de la réactualisation annuelle.

Quelques pièges à éviter pendant un investissement locatif Pinel

Certes, il est très avantageux de défiscaliser en loi Pinel, mais vous devez également éviter certains pièges, car souvent, le rendement locatif est volontairement gonflé à la hausse. En général, le taux de rentabilité que vous devez prendre en considération est le taux de rendement interne ou TRI.

En effet, celui-ci considère la totalité des charges ayant rapport avec votre investissement, à savoir les frais d’acquisition et d’entretien, la taxe foncière, les intérêts d’emprunt ou encore les charges de copropriété.

À part cela, ne vous fiez pas trop au taux de rendement « brut », étant donné qu’il s’agit d’un simple calcul effectué à partir du prix d’achat et des loyers annuels générés. Pareillement, le taux de rendement « net » n’est pas non plus fiable, car il n’apprécie pas la qualité de votre bien immobilier sur toute la durée de l’investissement, même s’il tient compte des frais et des autres charges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *