L’huile de palme est-elle si mauvaise qu’on le dit ?

L’huile de palme est une huile végétale qu’on produit grâce à la pression à chaud des fruits du palmier, plus précisément de la pulpe. 25 % de l’huile consommée dans le monde provient du palmier à huile, donc c’est l’huile la plus consommée. Les Africains, les Asiatiques et les habitants d’Amérique latine l’ont toujours utilisé dans la préparation des plats traditionnels, tandis que les Occidentaux la trouvent dans les produits finis et dans les huiles végétales hydrogénées. On dit que l’huile de palme est très mauvaise pour la santé, pourtant, ce n’est absolument pas le cas.

L’huile de palme présente un problème écologique

On dit qu’elle est très mauvaise, mais en réalité le vrai problème c’est la déforestation et non cette huile en soi. En effet, la demande en la matière a augmenté depuis plus de 20 ans déjà. Ainsi, les pays producteurs de palmiers à huile ont décidé d’élargir les surfaces cultivables sous la requête des grandes compagnies occidentales. Pour garantir cette expansion, il faut bien évidemment raser des millions d’hectares de forêt primaire. Avec la déforestation viennent, bien évidemment, les problèmes écologiques et la disparition d’animaux à cause de la destruction de leur habitat naturel.

L’huile de palme est-elle si mauvaise qu’on le dit ?

L’huile de palme non toxique pour la santé

L’huile de palme est bien plus présente dans nos nourritures que l’on ne croit. En effet, parmi les produits populaires qui en contiennent, il y a :

  • Le pot de Nutella,
  • Les soupes en sachet,
  • Les chips,
  • Les croutons

Elle est composée à 49,3 % de gras saturé, de gras monoinsaturés à 37 % et de polyinsaturés à 9,3 %. Découvrez sur Wikipédia ses différents composants.

Elle a tout de même un défaut.

Le principal problème de l’huile de palme est bien entendu la destruction de l’environnement par la déforestation. Sa consommation comporte aussi un souci sur la santé. En effet, ses près de 50 % de lipide saturé peuvent engendrer des maladies cardiovasculaires. En consommer favoriserait donc la production de cholestérol qui devient problématique quand son taux est élevé dans le sang. Ce type de gras a tout de même sa place dans l’alimentation humaine depuis la nuit des temps quand il est consommé avec modération.

L’huile de palme est-elle si mauvaise qu’on le dit ?

Elle est plus intéressante que l’huile de soja dans l’industrie agroalimentaire

En 2015, la production mondiale d’huile de palme se rapproche des 60 millions de tonnes contre seulement 43 millions de tonnes pour l’huile de soja et 13 millions pour le tournesol. Cette production est avant tout destinée à l’industrie agroalimentaire (80 %). C’est effectivement plus intéressant sur la rentabilité, car sachez qu’un palmier à huile peut donner plus de 40 kg d’huile l’année. Pourtant, il peut vivre jusqu’à 30 ans.

Stop à la déforestation souvent associée à la production de l’huile de palme

En 2003, le WWF et 200 entreprises venues de 16 pays ont tenu la Table ronde sur l’huile de palme durable ou RSPO (en anglais). Cette réunion a eu pour but d’établir une certification CSPO (Certified Sustainable Palm Oil). L’apposition de ce sigle est possible depuis 2011 pour distinguer les producteurs d’huile palme durable. Malgré cela, les problèmes liés à la production de cette huile subsistent.

Vous savez maintenant qu’elle n’est pas une si mauvaise chose pour votre santé. C’est principalement au niveau de la déforestation massive qu’elle pose problème. D’ailleurs, cette pratique continue à exister malgré la mise en place de la certification d’une huile de palme durable RSPO en 2003. Les grandes marques comme Nestlé et Dove continuent à faire la sourde oreille, un acte que Greenpeace dénonce fortement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *