Pourquoi faire un test ADN en 2019 ?

Le test ADN est un examen qui consiste à analyser un échantillon des tissus biologiques d’une personne afin de connaître son véritable profil génétique.

Cette identification peut donc être réalisée à partir de l’un des éléments suivants : le sang, le bulbe de cheveux, la salive, le sperme et la sécrétion vaginale. En termes simples, le test ADN permet de connaître la relation biologique entre deux personnes, notamment entre un enfant et son présumé père par exemple.

Est-ce légal de faire un test d’ADN ?

De nombreuses raisons peuvent inciter les gens à réaliser un test ADN à un moment donné de leur vie. Mais avant de commencer, il est important de préciser qu’à la différence des autres pays européens, l’État français n’accorde pas légalement la réalisation d’un test ADN. Ainsi, les résultats des tests ADN qui sont effectués dans le territoire national ou dans les pays étrangers ne sont pas valables en France et n’ont aucune valeur aux yeux de la loi. Il est cependant possible pour un français de réaliser un test ADN via internet en passant donc par un laboratoire étranger.

Quoi qu’il en soit, il y a lieu d’admettre que les analyses génétiques faites à partir d’un test ADN ont été classées fiables et que celles-ci font même partie des évolutions positives de la science et de la médecine moderne.

Un test ADN à des fins médicales

Ceci peut surprendre, car on a plutôt tendance à penser qu’un test ADN est uniquement fait dans le but de rechercher ses origines, mais il peut être fait également à des fins médicales, dans le but de prévenir d’éventuelles maladies. À savoir qu’il est possible de dépister potentiellement plus de 300 maladies différentes grâce à un test génétique.

Un test de paternité pour vérifier l’identité d’un individu

L’autre cas qui se produit aussi le plus souvent est la vérification de l’identité d’un individu par la réalisation d’un test ADN suite à une longue séparation, à une disparition ou encore à un enlèvement.

Sinon, il peut également arriver qu’une personne exige un test durant la grossesse de sa conjointe dans le but de savoir s’il s’agit réellement de son enfant. On parle donc de test de paternité prénatal. La différence entre ce test avec un test de paternité normal est donc le fait qu’on analyse les tissus biologiques du fœtus et de son présumé père au lieu de faire des examens sur un enfant qui est déjà né et son présumé père.

Des examens génétiques pour confirmer un lien de parenté entre deux individus

Pour continuer, il y a lieu de noter que beaucoup de parents ont déjà été victimes d’un échange de bébés dans les maternités et la pratique d’un test ADN permet de résoudre ce genre de problème. Ainsi, l’examen peut être effectué même quelques années après la naissance de l’enfant, car parfois c’est seulement lorsqu’il grandit qu’on aperçoit qu’il ne ressemble pas du tout à ses parents.

Pour aller encore plus loin, un test ADN peut aussi justifier la réussite d’une procréation médicalement assistée, notamment d’une insémination et d’une FIV, c’est-à-dire qu’à ce moment-là, le test va confirmer qu’il n’y a pas eu d’erreur et que c’était vraiment le sperme du père qui a été utilisé.

D’autres cas nécessitant un test ADN

Ce n’est pas encore tout, il existe encore d’autres raisons plus convaincantes qui poussent certaines personnes à faire un test ADN, ne citant que : le cas des frères et sœurs qui se retrouvent après une longue séparation ou après une adoption par des familles différentes ; le cas d’un neveu et d’une nièce qui souhaitent faire un test oncle-neveu/nièce ; ou encore le cas d’une curieuse ressemblance entre deux personnes qui ne se connaissent pas.

Pour terminer, le test de paternité sert aussi parfois à résoudre des conflits familiaux en matière d’héritage et à lever un doute avant l’octroi d’un droit de garde d’un enfant. Il convient de souligner que c’est la procédure légale visant à la reconnaissance d’une paternité elle-même qui recommande la réalisation d’un test ADN dans ces cas-là.