Un nouveau sourire grâce aux bars à sourire !

On connaissait le bar à eau de chez Colette où l’on sirote des eaux du monde entier comme on dégusterait des vins d’exception. On connaissait aussi les bars à oxygène où l’on inhale du CO2 parfumé pour se détendre. On connaissait même les bars à chats, dernière invention empruntée aux Japonais pour citadins en mal de tendresse et manquant de mètres carrés pour héberger un félin.

Bien plus branché qu’une boutique ou qu’un restaurant, le bar est devenu le concept branché du moment. On en voit naître de toutes sortes, souvent spécialisés sur un produit unique. Il suffit de dénicher l’idée qui va plaire.

Et justement, voilà une idée qui devrait faire des adeptes : les bars à sourire.

bars à sourire-

Késako des bars à sourire ?

Dans notre quête perpétuelle de bien-être, on pourrait imaginer un véritable lieu d’entraînement à la joie de vivre, la promesse d’une cure de sourire pour évacuer le stress engendré par nos rythmes effrénés, à la manière des cours de yoga ou des clubs de rire.

Rien de tout cela.

Surfant sur l’influence des stars américaines qui affichent leurs sourires parfaits sur papier glacé, les bars à sourire ont traversé l’Atlantique et poussé comme des champignons en France pour offrir à tout un chacun une dentition ultra bright.

Le concept ?

Sans rendez-vous et comme on irait faire une séance de manucure entre midi et deux, il est désormais possible de se faire éclaircir les dents et ce, pour environ 80€ seulement. L’opération se déroule en un quart d’heure à peine, dans une atmosphère sympathique et un cadre à la déco design.

bar à sourire

Le principe ?

Après un rapide lavage de dents, une gouttière remplie d’un gel à base de peroxyde d’hydrogène, substance oxydante, est appliquée sur les dents. L’oxygène ainsi libéré éclaircit la surface dentaire. Pour activer le produit et maximiser l’effet, la mâchoire du client est exposée aux rayons d’une lampe à ultra-violets pendant la pose.

Les bars à sourire promettent ainsi à leurs clients de gagner plusieurs teintes. Idéal pour les fumeurs ou grands consommateurs de café. L’opération est à renouveler tous les deux ou trois mois.

En apparence, l’offre est parfaite pour satisfaire notre course à l’esthétique et à l’immédiateté ; l’idée a de quoi devenir populaire.

C’était sans compter sur l’Ordre National des Chirurgiens Dentistes qui grince des dents et alerte sur les risques, insistant sur le fait qu’il s’agit là d’un acte médical.

Quels sont ces risques ?

S’il est inoffensif sur des dents saines, l’éclaircissement présente des risques en cas de pathologie bucco-dentaire – carie, déchaussement, acidité de la salive ou autre problème – et peut entraîner des lésions irréversibles pour l’émail, une fragilisation de la dentition, des irritations, voire un brunissement des dents. Un examen médical approfondi est indispensable avant d’envisager tout traitement d’éclaircissement, ce que le personnel peu qualifié des bars à sourire ne peut fournir.

De plus, les bars à sourire, considérés comme des établissements cosmétiques ont l’interdiction de dépasser une concentration en peroxyde d’hydrogène de 0,1% dans leurs produits. A en croire les dentistes, impossible d’obtenir des résultats probants avec une telle dose. A en voir la satisfaction des clients, on se demande si la réglementation est bien respectée.

Enfin, les rayonnements de la lampe sous laquelle est exposée la mâchoire du client pendant la pose comportent des risques pour la peau du visage et les yeux.

L’éclaircissement chez le dentiste représente certes un budget sans commune mesure avec les tarifs d’un bar à sourire, mais si le sourire bright se transforme en (sou)rire jaune, peut-être en vaut-il le coût ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *