Marre de trop dépenser en chauffage ? Alors, isolez !

Vos factures énergétiques crèvent le plafond quand les températures hivernales battent des records ? L’humidité ambiante nécessite de tourner les radiateurs à fond, augmentant d’autant les dépenses ? Une solution : isolez votre logement et arrêtez de gaspiller, littéralement, argent et chaleur. Une bonne isolation est une source importante d’économies. Et en plus, c’est bon pour l’écologie.

L’isolation thermique : quelques constats…

L’isolation thermique des bâtiments est un enjeu à la fois écologique et économique. Plus de la moitié du parc immobilier français a été construit avant les années 70, à une époque où l’idée même d’une réglementation thermique n’était pas vraiment à l’ordre du jour. Ces immeubles et maisons qu’on appelle « bâtiments passoires » sont au nombre de quelques 18 à 20 millions.

D’un point de vue écologique, la Terre a tout à gagner à une meilleure isolation thermique des logements, qui permet d’utiliser moins d’énergies fossiles et donc de produire moins de gaz à effet de serre.

D’un point de vue économique, on sait que le poste de chauffage peut devenir extrêmement glouton en finances. Une isolation plus efficace contribue ainsi à une baisse non négligeable des factures énergétiques tout en assurant un meilleur confort quelle que soit la saison – plus chaud en hiver, plus frais en été.

… Et quelques chiffres

Isoler sa maison peut donc contribuer à sauver à la fois vos économies et votre planète. Attention, toutefois : ce type de travaux n’est pas à prendre à la légère. Il faut faire appel à un pro de l’isolation de maison pour ne pas qu’une fuite malheureuse continue de pourrir vos finances.

Ces quelques chiffres sont particulièrement parlants :

  • Le bâtiment est le 1er secteur énergivore en France, avec 43% de l’énergie totale utilisée ;
  • 75% des logements auraient une note énergétique comprise entre D et G, selon l’Anah ;
  • 60% des logements français pourraient économiser sur leurs dépenses énergétiques grâce à des solutions concrètes, aisées à mettre en place ;
  • En 2012, le budget énergétique moyen des ménages était de plus de 150€ par mois (soit 32% de plus que 10 ans auparavant).

Insulation

Diagnostiquer son isolation thermique

Certaines collectivités proposent des cartes thermiques vues du ciel, fonctionnant par thermographie infrarouge, qui permettent de mesurer à distance le niveau d’isolation de sa maison selon une déclinaison de couleurs : bleu, vert, jaune, orange, rouge (du mieux isolé ou plus mal isolé).

Ces cartes thermiques mesurent la quantité de chaleur qui s’échappe des toitures des maisons et des immeubles, offrant l’opportunité de détecter d’éventuels défauts d’isolation. Si le procédé se concentre sur les sommets des bâtiments, il faut savoir que la toiture représente jusqu’à 30% de la déperdition thermique globale d’un logement mal isolé.

Voici les autres sources d’évasion de chaleur dans une maison ou un immeuble :

  • Toiture : 30%
  • Murs : 25%
  • Air renouvelé : 20%
  • Sols : 16 %
  • Portes et fenêtres : 13%
  • Ponts thermiques : 5%

Marre de trop dépenser en chauffage Alors, isolez 3

Comment améliorer son isolation thermique ?

Pour une meilleure isolation, procédez par étapes :

  • Les combles : les images thermiques montrent bien que c’est par le haut que s’échappe principalement la chaleur. Les combles sont donc la source première de perte d’énergie de l’habitat, et c’est par là qu’il faut commencer son isolation.
  • Les murs : 2e source de gaspillage énergétique, les murs peuvent être isolés par l’intérieur, par l’extérieur (nécessite un permis de construire) ou dans leur épaisseur (l’isolant fait partie du matériau de construction du logement). Trois isolants sont généralement proposés :
    • La laine de verre en panneau roulé ;
    • La fibre de polyester roulée ;
    • Les panneaux en fibre de bois ouaté.
  • La ventilation : elle évacue l’humidité, la vapeur d’eau et la pollution, garantit l’hygiène des lieux et la santé des habitants ; mais la ventilation peut causer d’importantes déperditions énergétiques. Un système de ventilation performant est donc recommandé.
  • Les « petites » isolations : elles sont moins visibles, mais peuvent avoir pour résultat de grandes économies d’énergie. Il faut pour cela s’attaquer :
    • Au manque d’étanchéité des portes et des fenêtres : des trous qu’il faut colmater avec un joint isolant en mousse ;
    • Aux fuites provenant des endroits auxquels vous ne pensiez pas, comme les prises électriques.

Marre de trop dépenser en chauffage Alors, isolez 4

Des tarifs en fonction des travaux

Les coûts d’une bonne isolation maison varient en fonction de nombreux facteurs : zone géographique du logement, surface à isoler, épaisseur et type de matériau utilisé, technique de pose, etc.

Voici quelques exemples de tarifications professionnelles pour l’isolation :

  • Combles perdus : 12 à 30 €/m²
  • Combles habitables : 40 à 50 €/m²
  • Toiture terrasse : 30 à 40€/m²
  • Plancher en cave : 15 à 30 €/m²
  • Murs par l’intérieur : 20 à 40 €/m²
  • Murs par l’extérieur : 50 à 75 €/m²
  • Double vitrage seul : 150 €/m²
  • Fenêtre neuve avec double-vitrage : 200 à 350 €/m²

Le gouvernement, ainsi que diverses régions et collectivités territoriales, proposent des aides et des subventions qui favorisent la mise en chantier de travaux d’isolation thermique pour votre logement : crédit d’impôt, aides communales ou régionales, etc.

Alors, renseignez-vous avant de lancer vos travaux, trouvez le bon professionnel, et optez pour moins de dépenses énergétiques, une meilleure isolation, et un plus grand confort !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *