Huile essentielle

Comment se soigner avec l’huile essentielle ?

Les huiles essentielles peuvent soigner et soulager différents problèmes de santé de façon remarquable. Pour profiter de leurs nombreux bienfaits, il est crucial de respecter les divers modes d’utilisation en rapport avec chaque catégorie d’huile essentielle. Étant donné qu’on en dénombre plus de 400 essences, ce guide vous permettra d’avoir un aperçu sur les principes de l’aromathérapie qui consiste à réaliser un traitement à l’aide d’huile essentielle.

Comment décrire une huile essentielle ?

L’engouement des consommateurs pour l’utilisation d’un diffuseur huiles essentielles a considérablement augmenté suite à l’apparition du covid-19. L’huile essentielle utilisée avec ce dispositif est le même que celle utilisée en aromathérapie. Il s’agit d’une concentration de molécules végétales provenant d’une plante aromatique.

Pour obtenir une huile essentielle (HE), il procéder à l’extraction et la distillation d’un végétal ou d’un organe de celui-ci à la vapeur d’eau. Le matériel végétal exploité dans le processus de distillation peut être des feuilles, écorces, racines ou fruits. Ses propriétés dépendent essentiellement de la composition du végétal utilisée pour sa conception.

Elle est stable et peu sensible aux invasions microbiennes. En revanche, les molécules formant sa composition sont souvent sensibles à la lumière et à la chaleur. C’est la raison pour laquelle, elle doit toujours être conservée dans un contenant opaque comme un verre de couleur brun. La plupart des huiles essentielles font une interaction avec les matières plastiques et certains métaux. Pour garantir leur conditionnement, un contenant en aluminium ou en verre est à privilégier.

À chaque huile essentielle ses propriétés

Les propriétés d’une huile essentielle varient en fonction de l’essence qui a servi à extraire les molécules qui la composent. Une essence issue d’une extraction de racines de végétal aura une action sur le système nerveux. C’est le cas du cyprès et du niaouli qui ont des propriétés antidouleur apaisant les muscles et les nerfs à l’issue d’une migraine ou d’un problème musculaire.

  • Une huile essentielle provenant des fleurs ou des graines aura un impact bénéfique sur l’organisme. Par exemple, elle peut avoir des propriétés digestives et peut parvenir à bout des brûlures d’estomac, des flatulences, des coliques et des constipations. La menthe poivrée parvient à résoudre tous les problèmes digestifs que peut rencontrer une personne.
  • Elle peut aussi avoir un fort pouvoir antifongique cutané ou aérien (d’où l’utilité d’un diffuseur). En inhalation, le concentré d’eucalyptus est un puissant expectorant pour dégager les voies aériennes. Il produit le même effet même en application cutanée. Le ravintsara de Madagascar est un excellent anti-infectieux et antiviral pouvant être utilisé en alternative à l’HE d’eucalyptus.

Aujourd’hui, les chercheurs et les scientifiques ont dénombré plus d’une quarantaine de propriétés aux concentrées de molécule végétale formant une huile essentielle. Certaines sont des anti-hypertensives, antispasmodiques, anti-inflammatoires, antibactériennes, analgésiques et antalgiques. D’autres sont des antiputrides, anti-hématomes, antifatigue, antiseptiques, adoucissants cutanés et antiparasitaires.

Comment choisir son flacon d’huile essentielle ?

Toutes les informations à savoir sur une huile essentielle doivent se trouver au niveau de l’étiquette de son flacon, notamment le nom latin du végétal. Il apporte une information importante sur le type de plante utilisé pour la conception de l’HE. C’est une indication important pour ne pas s’induire en erreur dans l’utilisation du produit.

La dénomination complète doit aussi apparaître obligatoirement au niveau de l’étiquette. Une simple mention ne suffit pas à aider les consommateurs dans leur choix. Par exemple, la simple indication d’huile essentielle d’eucalyptus ne suffit pas, car il en existe plusieurs espèces avec des effets différents d’une espèce à l’autre. L’eucalyptus radié sert au traitement des problèmes respiratoires, tandis que l’eucalyptus citronné agit comme un anti-inflammatoire.

Puis, il faut aussi tenir compte de la partie du végétal qui a servi à la distillation. Les feuilles d’orange amère produisent une huile HE de petit grain de Bigarade, tandis que la fleur produit de l’HE de Néroli.

Ensuite, il faudra vérifier la composition biochimique de l’HE. La composition aromatique d’une plante varie en fonction des conditions environnementales où elle a évolué.

Précaution d’emploi d’une HE

Les huiles essentielles doivent être utilisées avec parcimonie, suivant des doses bien précises et sous certaines conditions. Elles ne doivent jamais être appliquées au niveau des yeux et sur une muqueuse. Une grande majorité des HE doivent être dilués avant d’être dans une huile végétale avant d’être utilisé en application cutanée.

Leurs utilisations peuvent créer une allergique ou une irritation. Pour éviter ces désagréments, il est nécessaire de tester les effets d’une huile essentielle à travers un patch. En cas de réaction anormale, il est préférable d’abandonner son utilisation. L’utilisation d’une HE est déconseillée sur une femme enceinte, des personnes ayant un souci cardiaque et celles étant sujettes à l’épilepsie.

Toutes les huiles essentielles ne sont pas toutes destinées à être utilisées sur un diffuseur en raison de leur composant biochimique. C’est notamment le cas de l’HE de menthe. Toute forme d’ingestion d’HE doit se faire principalement sur prescription médicale excepter pour un usage en cuisine. Enfin, il est impératif de les tenir hors de la portée des enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *