Harnais antichute

Les différents types de harnais antichute

Pour les professionnels et entreprises du bâtiment ou du jardinage dont la répétition des travaux en suspension est quotidienne, le harnais antichute est l’EPI (Équipement de Protection Individuelle) indispensable. Pour autant, il peut se décliner autant de fois que le besoin peut s’en faire ressentir. Dans cet esprit, nous avons étudié pour vous les 3 labels NF (Norme Française) pouvant être associés au harnais antichute, ainsi que les 5 classes présentes sur le marché. En bonus, les options pour un meilleur confort sont tout autant déclinables.

Trois labels NF pour trois grandes familles de harnais antichute

Dans la quête d’un harnais antichute efficace pour la réalisation de tous vos travaux professionnels, ou même particuliers dans certains cas, le marché se veut très fourni. Et les premières distinctions à réaliser entre un premier prix ou un modèle plus complet, c’est le label associé.

Pour une version standard du harnais antichute, mais tout de même des plus sécurisantes et résistantes, la norme NF EN361 est indissociable. De manière générale, comme cela peut être le cas chez Plucéo, il se compose d’un D dorsale, positionné entre les omoplates, et d’un D sternal, au centre de la poitrine. Le choix de la taille est bien souvent unique, avec des sangles d’attache et ajustables pour mieux épouser et sécuriser chacun des gabarits.

La résistance des points d’ancrage est ainsi parfaitement évaluée avant d’être commercialisée, sous la norme EN361. Mais elle peut tout de même être complétée du label NF EN813, avec cette fois la présence de deux annaux latéraux, positionnés sous la taille, le tout pour offrir une ceinture de maintien et facilité le travail en suspension, les mains libres. Une dernière norme, l’EN358, peut compléter les deux autres, pour garantir un soutien hors pair. Le D ventral vient cette fois compléter le D sternal et le D dorsal. Un détail qui n’en est pas un, puisqu’il permet d’offrir un meilleur confort en suspension, pour une position parfois assise ou de plusieurs heures.

Jusqu’à 5 classes disponibles

Au-delà des trois normes fondamentales lors de l’achat d’un harnais antichute, en fonction de l’activité exercée, il est également à noter 5 classes de choix. Des catégories allant cette fois encore de la plus standard jusqu’à la plus fonctionnelle pour tous types de travaux.

La plus commercialisée sur le marché et répondant à toutes les normes de sécurité, que ce soit pour de l’élagage, la couverture des maisons et bâtiments, ou encore le simple loisir de l’accrobranche, c’est la classe « A ». Elle certifie ici, comme le label EN361, la présence d’un D dorsal au minimum, pour un usage fonctionnel, bien que peu confortable dans certaines situations.

Parmi les autres classes, beaucoup plus spécifiques cette fois, nous retrouvons notamment la « AE » dont la suspension facilite considérablement les travaux en hauteur, mais dans un endroit clos. Avec deux anneaux frontaux et latéraux, la position couchée est permise en toute sécurité. Sous la catégorie « AL », ce sont les travaux avec échelle qui sont préconisés, avec des attaches latérales permettant un raccord direct sur l’échelle et parant ainsi toutes les éventuelles chutes à venir.

Pour une suspension confortable mais surtout des plus pratiques, lors de tous types de travaux, les classes « AD » et « AP » sont les plus prometteuses. Sous la première, il faut y voir des points d’ancrage idéaux pour une suspension et descente contrôlée. Pour la seconde, c’est le travail main libre qui est favorisé, avec un maintien parfait de la position suspendue et en hauteur. Le harnais antichute se présente alors avec deux annaux latéraux, comme sous le label EN813, afin de limiter les risques de chute, tout en exerçant son activité des deux mains et sans jamais ressentir de mouvements rotatifs du harnais antichute et des sangles d’attache.

Harnais antichute

Harnais antichute : Le confort pour un travail endurant

Le harnais antichute se commercialise de bien des manières sur internet comme dans les commerces physiques spécialistes. Les 3 labels EN361, 813 et 358 sont les plus référencés, le tout associé aux 5 classes de suspension que nous avons mises en évidence.

Mais pour un matériel des plus complets, il est des options bonus pour profiter d’un confort de travail et de longue durée sans éprouver de fatigue due au harnais antichute. Ce sera le cas notamment avec les coussinets placés au niveau des épaules, de la poitrine, de la taille ou encore des cuisses. Cette option limite les frottements des sangles d’attache avec les vêtements ou encore les blessures en cas de chute brutale.

Les accessoires disponibles avec le harnais antichute ne sont également pas à sous-estimer. Le câble de maintien absorbeur d’énergie est le plus préférable notamment, car atténue considérablement les retombées pouvant être brutales du corps sur le harnais antichute et limitant une fois encore les risques de blessures légères. Les longes, les enrouleurs et les connecteurs sont autant d’indispensables à associer avec le harnais antichute et sont également référencés sous des normes strictes. Enfin, le harnais antichute doit être complété d’autres EPI, tels que le casque et les lunettes de protection, pour parer à tous les risques éventuels, même lors de travaux en hauteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *