Quelle formation conducteur de travaux choisir ?

Un plateau de tournage de film a son réalisateur ; un chantier a son conducteur de travaux. Ce métier aux prérogatives variées et aux responsabilités importantes est une profession clé du domaine du BTP. Comment y accède-t-on ? Quelle formation conducteur de travaux privilégier ?

Quand le bâtiment va, tout va

Dans le BTP, le métier de conducteur de travaux ressemble à celui de chef d’orchestre : il planifie, organise et contrôle l’équipement et l’aménagement sur le chantier, et veille à ce que la construction se déroule sans accrocs. Endossant le costume de manager, il encadre des équipes de techniciens et d’ouvriers par l’intermédiaire des chefs de chantier.

C’est une fonction à risques mais, pour cette même raison, passionnante à de nombreux égards. Elle est, en conséquence, également très exigeante et demande des aptitudes dans des domaines variés.

Quelle formation conducteur de travaux choisir 2

Ses missions

Le conducteur de travaux est placé directement sous la responsabilité du chef d’entreprise ou du directeur des travaux. Ses activités sont multiples et variées, et dépendent de la structure de l’entreprise ainsi que de la taille du chantier qu’il encadre. Ses missions sont les suivantes :

  • Il est responsable de la qualité des travaux
  • Il veille à la tenue des délais et au respect du budget
  • Il a la maîtrise de toutes les étapes du chantier, depuis les études préliminaires jusqu’à la réception du produit fini par le commanditaire
  • Il fait le lien entre les intervenants, les décideurs ou les exécutants
  • Il a la charge d’étudier le projet de construction : plans d’architecte, cahiers des charges, devis
  • Il s’occupe des démarches administratives et techniques pour l’ouverture du chantier
  • Il assure la gestion financière et les approvisionnements, intervenant dans le choix des matériaux et des équipements utilisés
  • Il négocie avec les sous-traitants
  • Il est présent sur le chantier pour vérifier l’avancement des travaux, répondre aux problèmes rencontrés, et veiller au respect des consignes de sécurité
  • Il gère la constitution des équipes et les plannings de travail, et parfois il est amené à participer au recrutement des ingénieurs, techniciens, ouvriers et autres personnels
  • Enfin, il rédige les rapports de chantier et rencontre les clients

Ce qu’il faut pour ce métier

En plus d’aimer le domaine de la construction, le conducteur de travaux doit posséder les qualités suivantes :

  • Un bon sens de l’analyse
  • Une capacité d’adaptation à des situations de travail variées
  • Des aptitudes rédactionnelles et commerciales
  • Etre dynamique, réactif, disponible, attentif aux autres
  • Avoir le sens de l’organisation et de l’initiative
  • Etre un bon communicant

Le conducteur de travaux est amené à se déplacer sur les chantiers, à rendre visite aux fournisseurs, à rencontrer les clients. S’adaptant aux plannings de ses interlocuteurs, il ne compte pas ses heures.

Débutant, il peut prétendre à un salaire de 2 350€ mensuels brut. Confirmé, la somme s’établit entre 3 000€ et 4 500€ mensuels brut, selon son expérience et selon l’entreprise.

Quelle formation conducteur de travaux choisir 4

La formation conducteur de travaux

En réalité, il n’existe pas de formation initiale qui mène au métier de conducteur de travaux. La fonction exige de connaître parfaitement les différents corps de métiers qui composent le secteur du BTP, donc de pouvoir justifier d’une solide expérience sur les chantiers. C’est pourquoi on y arrive souvent en grimpant les échelons.

Néanmoins, une formation bien ciblée peut accélérer les opportunités de promotion. Voici quelques diplômes conseillés :

Le diplôme de technicien supérieur est le minimum requis :

  • BTS bâtiment / travaux publics / études et économie de la construction
  • DUT génie civil option bâtiment / génie climatique et équipements du bâtiment

Les écoles privées : l’ESTP, spécialiste des travaux publics, et l’EBTP, école du bâtiment et des travaux publics, proposent une formation conducteur de travaux et délivrent un diplôme ad hoc.

La licence pro universitaire (Bac +3), par exemple :

  • Bâtiment et construction, option conduite et gestion de projets BTP (Le Havre) ;
  • Conduite de projets de bâtiment et conduite de projets de travaux publics (Grenoble 1) ;
  • Génie civil et construction, option conducteur de travaux, gestionnaire de la production dans les industries du BTP (Rennes 1) ;
  • Etc.

Une formation conducteur de travaux professionnelle est également possible, proposée par des organismes spécialisées, pour une évolution d’emploi ou pour une reconversion.

Quelle formation conducteur de travaux choisir 5

Et après ?

Le métier de conducteur de travaux représente un aboutissement de carrière au sein d’une entreprise de BTP. L’étape suivante mène à devenir directeur de travaux ou chef d’entreprise soi-même. Un conducteur de travaux expérimenté peut se lancer dans la création de sa propre société.

Il est également possible, pour un conducteur de travaux, de se tourner vers la fonction publique territoriale ou d’État qui organise régulièrement des concours de recrutement. Le salaire est moins élevé, mais en contrepartie, le rythme de travail est moins effréné et la qualité de vie peut s’en trouver améliorée.

Dans la mesure où les entreprises françaises de BTP exportent bien leur savoir-faire, un tiers environ des conducteurs de travaux exercent à l’étranger. C’est là une opportunité de carrière à ne pas négliger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *