Recrutement dans la restauration : les chiffres qui attestent de la bonne santé du secteur

Une centaine de milliard de chiffres d’affaires, près d’un million de salariés : l’hôtellerie-restauration est décidément le premier employeur en France. Même si des périodes d’essoufflement peuvent s’observer, le secteur demeure le plus actif de l’économie. Cet article se propose de jeter un coup de projecteur sur les statistiques saillantes de ce dynamisme. Place aux données.

Un secteur d’activité plein de vitalité malgré la crise

Ce qui retient avant tout l’attention, c’est la capacité de recrutement du secteur. Selon les publications de Pôle Emploi, plus de 65 % des offres disponibles concernent des métiers de la restauration. À certaines périodes où les chiffres du chômage atteignent des pics, le secteur de la restauration n’en pâtit que très peu.

Ainsi, les statistiques avancées par l’Observatoire Tendance Emploi Compétence le prouvent. On y remarque une diminution des chiffres de recrutement de 15 % du 1er trimestre au 2e trimestre 2014. Ils sont alors passés de 615 658 à 517 572 postes à pourvoir. Mais même avec cette baisse, la restauration se porte mieux que tous les autres secteurs d’activités économiques.

Autre indicateur de cette vitalité : la constante progression de la croissance en termes de création d’emplois. En moins de 10 ans, elle a été de 23 % entre 1993 et 2010.

Recrutement dans la restauration , les chiffres qui attestent de la bonne santé du secteur14

Recrutement dans la restauration : les métiers les plus recherchés

On recrute abondamment dans la restauration certes, mais tous les métiers n’évoluent pas au même rythme.  Quand on se réfère par exemple aux données publiées par l’Observatoire TEC, les postes des services administratifs occupent la première place. Au total, c’est 58 210 postes qui sont offerts pour les employés d’hôtellerie-restauration pour le seul 1er trimestre de 2014.

Viennent ensuite les métiers de la cuisine. Il y avait 41 964 emplois de cuisiniers au début de l’année 2014. Du côté des cadres commerciaux, on a pu compter 27 689 postes offerts pour la même période.  Cette réalité constatée sur le terrain par cet organisme du patronat s’observe aussi au niveau des cabinets de recrutement dans la restauration.

Les freins aux recrutements dans la restauration

En même temps que certains postes sont rapidement pris par les candidats à l’emploi, d’autres peinent à trouver des preneurs. Au 2e trimestre de 2014, il y a eu total 77 395 postes qui ont dû attendre des travailleurs sans succès. Parmi ses offres inexploitées, on compte un nombre important d’agents de maîtrise des hôtels et des restaurants, de cadres commerciaux ou de représentants.

Cette difficulté à recruter pour certains postes n’est pas isolée. En effet, chaque année, 7 % des offres de cuisiniers finissent par être supprimées faute de candidat à l’emploi. Difficilement, 22 % des postes arrivent à être pourvus. Plusieurs raisons expliquent selon les spécialistes de ressources humaines du secteur sont :

  • La pénurie d’agents qualifiés
  • L’inadéquation des profils avec les postes à pourvoir
  • Le choix des recruteurs de miser plus sur l’expérience que sur le diplôme
  • Les conditions de travail contraignantes dans la restauration.

En tant que candidat à l’emploi, vous devez donc chercher à capitaliser sur l’expérience. Il est essentiel également d’avoir de la passion pour le métier afin d’affronter les conditions de travail qui rebutent le grand nombre.

Avec de l’expérience ou une formation en hôtellerie-restauration, l’on a de fortes chances de décrocher un emploi. Les chiffres du recrutement dans la restauration le montrent amplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *