Troubles bipolaires : une vraie maladie avec de vrais malades

Carrie Mathison de la série Homeland est l’un des plus célèbres personnages de fiction à souffrir de troubles bipolaires, et non, elle n’est pas folle. Les troubles bipolaires toucheraient entre 6 % de la population mondiale. Il ne s’agit pas de folie qui entrainait la trépanation dans les siècles passés mais d’une perte de contrôle totale du malade sur son humeur entrainant des problèmes identitaires et sociaux. C’est du sérieux.

Troubles bipolaires : les définir pour comprendre cette maladie

Les troubles bipolaires, aussi connus sous le nom de psychose maniacodépressive, ne sont pas uniquement des hauts et des bas. Cette maladie entraine des changements d’humeur de la détresse extrême à l’exaltation la plus folle et à de lourdes conséquences. Ils se manifestent autant par des symptômes dépressifs que par des phases d’excitation (hypomanie) au cours desquels le malade s’enferme dans des manies ou des comportements excessifs.

Ces variations peuvent être entrecoupées de phases d’accalmie, les crises pouvant s’espacer de plusieurs jours, semaines ou mois, et laissent place à des troubles du sommeil, de la mémoire, de l’attention. Il n’y a pas de modèle séquentiel pour prévoir les crises, elles tombent sur les malades sans crier gare.

Si les changements d’humeur sont un phénomène tout à fait naturel, ils sont violents, brutaux et impromptus chez les malades. En période de crise, la personne perd toute notion de limite et peut avoir des comportements suicidaires, dans certains cas, la seule solution pour protéger la personne est l’hospitalisation. Plus de 75% des patients souffrent d’au moins une autre maladie psychiatrique : anxiété, boulimie, abus de drogues, comportements sexuels à risque, etc.

Troubles bipolaires : la Science n’a pas (encore) réponse à tout

Les bains glacés, les chocs cérébraux et la camisole ne sont plus la réponse systématique aux crises lors de troubles bipolaires, et c’est tant mieux. Toutefois, la médecine scientifique avoue ne pas maîtriser totalement les troubles bipolaires.

Les causes des troubles bipolaires toujours troubles

Au sujet des malades d’abord, les troubles bipolaires touchent indépendamment les hommes et les femmes. Généralement, on observe que les premiers troubles se déclenchent avant 25 ans mais les symptômes les plus graves se manifestent autour de la trentaine.

Il semblerait que l’origine se trouve dans la présence de certains gênes présents ou absents d’une personne à l’autre. Il arrive qu’on note des troubles bipolaires dans une même famille, ce qui laisse supposer qu’il y a un facteur héréditaire. Attention, ce n’est pas parce qu’un proche souffre d’une dépression aiguë que vous ne pourrez pas y couper.

Les déclencheurs connus de la maladie ou d’une crise :

  • Le manque de sommeil
  • La consommation d’alcool et de drogue
  • Le stress
  • Un choc émotionnel

Traitements des troubles bipolaires : un cachet et ça repart ?

Les troubles bipolaires peuvent se contrer par le recours à un traitement personnalisé et adapté pour permettre au malade d’avoir une vie normale – ou presque. Il s’agit de chercher la stabilité du sujet pour qu’il puisse mener une vie personnelle et professionnelle satisfaisante.

Les traitements biologiques ou médicamenteux reposent sur les stabilisateurs d’humeur pour éviter les pics de manie ou de dépression. Les plus courants sont le Lithium (lithium), l’Épival (divalproex) et le Tégretol (carbamazépine).

En parallèle, le suivi psychologique et la psychoéducation donnent les moyens au malade d’apprendre à se connaître et à développer des stratégies d’adaptation. Très simplement, le sommeil, l’alimentation équilibrée et la pratique de l’activité physique permettent au malade d’appréhender ses troubles bipolaires et d’éviter les rechutes.

Le rôle de la famille n’est pas à négliger or elle est bien souvent démunie face aux symptômes parce qu’elle ne comprend pas la maladie et parce qu’elle ne sait pas comment réagir en période de crise. D’où la nécessité de proposer une formation et un suivi des proches en parallèle du traitement du malade.

En pratique, ce qui montrer les effets les plus satisfaisants en matière de réponse aux troubles bipolaire est la combinaison de trois éléments :

  • Stabilisateurs d’humeur
  • Routine de vie qui rassure et donne une structure de vie
  • Psychothérapie ou travail personnel

Qu’on se le dise, les troubles bipolaires n’ont rien à voir avec la folie pure ou la simple dépression. Si différentes solutions existent pour vivre avec, il faut avant tout accepter cette maladie pour apprendre à mieux la gérer et à aider ceux qui en sont victimes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *