Une richesse naturelle à préserver : le capital soleil

Le capital soleil, c’est comme le pétrole et le charbon : ce n’est pas renouvelable. Sauf que ce n’est pas une énergie, mais une protection, une armure forgée par notre organisme pour protéger notre peau des rayons UV. C’est pourquoi il est indispensable d’apprendre à l’exploiter, à le préserver, et à le faire fructifier – comme un capital financier.

Le Soleil en lettres capitales

Nous avons tous un capital soleil : une quantité totale de rayons ultraviolets que notre organisme peut recevoir tout au long de sa vie sans risques. Les risques ? Oui, ceux de développer un mélanome, autrement dit un cancer de la peau.

Notre peau possède ses propres capacités, naturelles, à réparer les dommages causés par le Soleil ; ces capacités varient en fonction des individus. Et quelles qu’elles soient, elles diminuent au cours de l’existence, notamment pendant l’enfance qui est une période où le capital soleil s’épuise particulièrement vite – à moins d’être né et de vivre en Islande ou dans l’un de ces pays frisquets.

Un capital soleil à gérer avec soin

Le capital soleil est constitué à notre naissance, et pour tout le reste de notre vie. Il ne peut être ni augmenté, ni réduit. Imaginez qu’à votre venue au monde, vos parents vous aient confié un compte en banque avec, disons, 10 000€ dessus, et que ce compte ne soit jamais réapprovisionné : à vous de bien gérer vos finances. C’est la même chose avec les ultraviolets.

Ce capital soleil permet à notre organisme de lutter contre une quantité déterminée d’ultraviolets tout au long de sa vie. Il est lié aux caractéristiques de production de mélanocytes, qui elle-même dépend de chaque type de peau ; en cela, nous sommes tous différents. Il faut donc s’en accommoder et le gérer de la meilleure façon.

Une richesse naturelle à préserver le capital soleil 2

Le phototype

Nous sommes tous inégaux de peau : cela signifie que nous n’avons pas tous le même type de peau, ou phototype. Claire, foncée, tendant vers le roux ou le chocolat : à chacune ses caractéristiques et sa résistance aux agressions du Soleil. Connaître son phototype permet d’estimer son capital soleil, donc la quantité d’ultraviolets qu’il est possible de recevoir.

Voici une liste des 6 phototypes :

  • Type 1 : peau très blanche/laiteuse, cheveux blonds ou roux, yeux bleus/verts, souvent des taches de rousseur. Coups de Soleil systématiques, aucun bronzage.
  • Type 2 : peau claire, cheveux blonds roux à châtains, yeux clairs à bruns, parfois des taches de rousseur. Coups de Soleil fréquents, bronzage léger et lent.
  • Type 3 : peau intermédiaire, cheveux châtains à bruns, yeux bruns. Coups de Soleil occasionnels, bronzage graduel.
  • Type 4 : peau mate, cheveux bruns/noirs. Coups de Soleil occasionnels, bon bronzage.
  • Type 5 : peau brun foncé, cheveux et yeux noirs. Coups de Soleil rares, bronzage intense.
  • Type 6 : peau noire, cheveux et yeux noirs. Coups de Soleil exceptionnels.

woman relaxing on a tropical beach in the Caribbean

Quels sont les risques encourus ?

Que se passe-t-il lorsque le capital soleil est épuisé ? La peau, alors, ne peut plus se protéger contre les rayons agressifs du Soleil, les cellules qui sont endommagées ne sont plus réparées. C’est là que les dégâts commencent : vieillissement cutané précoce ou cataracte sur l’œil dans le meilleur des cas, développement d’un cancer de la peau dans le pire.

L’enfance est généralement une période de surexposition au Soleil (lire ici) : entre 60 et 80% de la dose totale d’ultraviolets reçue au cours de la vie sont concentrés dans les 18 premières années. Si vous avez été victime de graves coups de Soleil à l’enfance ou à l’adolescence, votre capital soleil est encore plus entamé et les risques de cancer de la peau sont plus importants.

La mode du bronzage n’améliore pas les choses : de plus en plus de personnes sont touchées à cause des séances d’UV. En outre, d’autres habitudes de vie concourent à faire vieillir la peau prématurément : tabac, pollution, stress, alimentation pauvre en antioxydants (fruits, poisson, légumes)…

Une richesse naturelle à préserver le capital soleil 4

Comment préserver son capital soleil ?

Pour préserver un maximum votre capital soleil, suivez ces quelques conseils :

  • En se protégeant dès l’enfance : une protection solaire adaptée pour l’enfant permet de renforcer le capital soleil, car la peau capitalise cette protection. Le risque de subvenue d’un mélanome à l’âge adulte peut alors être réduit de 60%. Protégez particulièrement les nourrissons de 2 à 3 ans, dont la peau n’a quasiment aucune défense face au Soleil.
  • En utilisant de la protection solaire : une couche de crème toutes les 2 heures, avec une protection adaptée à votre type de peau et à l’environnement. Optez pour des indices élevés (de 30 à 50, voire plus) pour une longue journée à la plage – par exemple sous le brûlant Soleil de Polynésie – ou une marche en montagne à découvert.
  • En se préparant avec des compléments alimentaires à base d’antioxydants, plusieurs semaines avant l’été : ils augmentent la tolérance de la peau, sans diminuer pour autant le risque de cancers cutanés.
  • En évitant le Soleil : cherchez l’ombre plutôt que de vous exposer inutilement !

Vous désirez estimer la progression de votre capital soleil ? Faites ce test proposé par Cosmopolitan !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *